RAPPORT DES EXPERTS DE L’ONU SUR LA CI

REACTION DU Dr ASSOA ADOU

Dans le rapport daté du 14 Septembre 2012, de mi mandat du groupe d’experts de l’Onu sur la Côte d’Ivoire, je suis nommément accusé ainsi que certains de mes camarades d’avoir organisé ici au Ghana, une structure politico-militaire en vue de déstabiliser le régime Ouattara.

Je m’inscris en faux en de telles allégations.

La Coordination du FPI en exil dont j’ai l’honneur d’être le coordinateur et le porte parole, a inscrit sa lutte dans la ligne de notre parti, c’est à dire une lutte pacifique résolue pour la démocratie et l’Etat de droit.

Nous sommes organisés en plusieurs commissions ;

- une commission sociale ;

- une commission juridique;

- une commission financière et

- une commission des medias

Les missions clairement définies et assignées à ses groupes sont les suivantes :

1 - maintenir les liens de solidarité entre ivoiriens et ivoiriennes qui ont fuit la sanglante dictature de Mr Ouattara ;

2 - dénoncer les mensonges de Mr Ouattara, de tous ses soutiens et alliés;

3 - révéler au monde le génocide et l’épuration ethnique (le génocide wê) qui se déroulent en Côte d’Ivoire avec la complicité de la France et des Nations unies ;

4 - apporter notre assistance juridique au Président Laurent GBAGBO et aux camarades injustement incarcérés dans les pénitenciers et goulags de Mr Ouattara.

Notre lutte n’a jamais été violente … c’est une lutte déterminée, ceci depuis les années soixante, pour faire de la Côte d’Ivoire un pays souverain et démocratique.

Ainsi, lors de la rédaction de la constitution du 1er août 2000, sur instruction du président Laurent Gbagbo notre parti le FPI dont j’étais un des représentants à la commission consultative constitutionnelle a fermement défendu les libertés individuelles et collectives des citoyens. Le TITRE1de la constitution (des libertés, des droits et des devoirs) a été rédigé par Maitre ANDRE KOUASSI et moi même.

Mes camarades et moi ne demandons qu’une seule chose à Mr Ouattara; l’instauration d’un dialogue direct entre lui et le FPI; la réconciliation se fait entre les belligérants.

Notre lutte pour la liberté et l’équité est pacifique.

L’Onu et ses experts doivent donc se départir de leur attitude partisane pour aider la Côte d’Ivoire à retrouver une paix durable et définitive. Dans leur farouche désire de nuire aux partisans du président Laurent GBAGBO, les experts parlent d’un certain Ouassou Koffi ministre des transports. Mr les experts, le seul Koffi ayant été ministre des transports depuis 1960 en Côte d’Ivoire a été Mr Ahoussou Koffi, ministre du président Félix Houphouët Boigny. Il est décédé et le Seigneur ne l’a pas encore ressuscité.

Messieurs LES EXPERTS, LES IVOIRIENS ET LES IVOIRIENNES NE VEULENT QUE LA PAIX RIEN QUE LA PAIX. JE VOUS REMERCIE

 

Dr ASSOA ADOU

CORDINATEUR ET PORTE PAROLE FPI EN EXIL

 

 

 

 

Visiteurs: