GRANDE MARCHE EUROPEENNE EN FAVEUR DE LA LIBERATION DU PRESIDENT GBAGBO : LA DIASPORA IVOIRIENNE ET AFRICAINE DANS LES RUES DE PARIS LE 12 NOVEMBRE

Paris, le 10 novembre 2011 - Huit mois après le renversement du Gouvernement du Président Laurent Gbagbo, la situation en Côte d’Ivoire est loin de s’apaiser. Le régime de Monsieur Alassane Ouattara, issu de ce qui apparaît définitivement comme une opération de restauration d’un nouvel ordre colonial, se trouve dans l’incapacité d’assurer la sécurité des biens et des personnes, et de mettre en place une politique économique viable dans l’intérêt des populations ivoiriennes.

Bien au contraire, le pays est livré à la merci de milices tribales pro-Ouattara qui font désormais office de forces armées légales tandis que les gendarmes et policiers, ayant suivi une formation adéquate, sont désarmés et déportés en masse dans le Nord, contrôlé par le clan Ouattara.

Le quotidien des Ivoiriens est fait d’exécutions extrajudiciaires et de disparitions d’opposants supposés ou de simples citoyens, le plus souvent sur la base de critères morphologiques ou ethniques.

La situation économique - catastrophique - est marquée par un réendettement massif du pays, le racket systématique des opérateurs économiques, sur fond de violences physiques, et la démolition par des bulldozers d’entreprises, sans aucun préavis ni dédommagement.

L’enfermement inique du Président Laurent Gbagbo, de la Première Dame, Simone Gbagbo, de leurs collaborateurs et de centaines de citoyens innocents, la destruction et la confiscation de biens privés (mobiliers, immobiliers, etc), et la quasi-impossibilité pour l’opposition de se réunir démontrent, si besoin était, la vacuité du discours lénifiant de Monsieur Ouattara sur son prétendu processus de réconciliation.

Il ne fait plus aucun doute qu’un plan a été savamment ourdi par l’actuel régime afin d’annihiler, par la violence et la privation de liberté arbitraire, vingt années d’acquis démocratiques en Côte d’Ivoire.

 

Face à cet état de fait, les amis de la Côte d’Ivoire et de l’Afrique, désireux de réaffirmer leur attachement à la souveraineté des peuples, ont décidé de se retrouver de façon exceptionnelle ce samedi 12 novembre 2011, à Paris (France), dans le cadre d’une manifestation européenne unitaire. Ainsi, ils organisent :

  • Une marche de dénonciation qui démarrera dès 13h à la Place de la République pour s’achever à la Place Bastille.
  • Une soirée de bienfaisance initiée par l’ensemble des associations humanitaires oeuvrant en faveur des centaines de milliers de réfugiés, déplacés ivoiriens et autres victimes de la guerre.

 

Les manifestants, venus de plusieurs pays d’Europe, entendent par cette marche :

  • Exiger la libération de tous les prisonniers politiques, au premier rang desquels le Président Laurent Gbagbo, de la Première Dame, Simone Gbagbo et leurs collaborateurs.
  • Dénoncer la justice à deux vitesses et l’impunité des forces pro-Ouattara qui se livrent à toutes sortes d’exactions sans être inquiétées outre mesure.
  • Dénoncer et s’opposer avec force au projet insensé de transfèrement du Président Gbagbo et de ses proches à la Cour Pénale Internationale (CPI), aux ordres des grandes puissances (France, USA) qui soutiennent Monsieur Ouattara.
  • Venir en aide aux réfugiés et déplacés et favoriser leur retour sécurisé chez eux.
  • Œuvrer enfin à la restauration de la démocratie et de la paix en Côte d’Ivoire.

 

Les Organisateurs


Contacts Médias : Le Comité de Pilotage des Actions de la Diaspora (CPAD)

00 33 6 67 87 44 51 – E-mail: contactcpad@yahoo.fr

 

 

Visiteurs: